French (Fr)German (De)

Gudrun Müsse Florin

-

L'ARBRE DU SAVOIR

Baum des Wissen

Sisal Mischgarn über Drahtrupfen, Autolack, Durchmesser ca. 250 cm

«Für die analytisch-wissenschaftliche, allein auf das Messbare und Materielle ausgerichtete Erforschung des Seins steht der rote Baum des Wissens. Wurzel- und blattlos verzweigt er sich aus vier dem Stamm entspringenden Ästen bis zu feinsten Zweiglein, bis zur sinnlosen Haarspalterei.» G.R.

"Um der Früchte der Erkenntnis willen lohnt es sich, sich um das Paradies zu bringen" Ernst Haeckel

baum-des-wissens-arbre-du-savoir

L'arbre du savoir 1987, « Objet »

Fil de sisal mélangé sur métal, peinture pour carrosserie, diamètre : environ 250 cm.

« L'exploration de l'existence de type analytique et scientifique, centrée uniquement
sur le quantifiable et le concret, est symbolisée par l'arbre rouge du savoir. Il
s'agit d'un arbre déraciné, effeuillé. Cet arbre se divise à partir du tronc en quatre
branches qui se ramifient toujours plus, aboutissant à un non-sens. » G.R.

"On peut bien perdre le paradis pour récolter les fruits de la connaissance" Ernst Haeckel

baum-des-wissens-arbre-du-savoir-2 baum-des-wissens-arbre-du-savoir-3

Rot bist du Baum
leuchtend und prächtig.
Ist's Leben, ist's Blut
was sich reckt da
in tausend verästelten Armen,
nach außen
zum Greifen nach Sternen?
Ist Wissen Erfüllung
und Hilfe zum Leben
oder drängt es uns Menschen
nach schädlichem Tun?
Baum des Wissens,
vor mir schwebend
bist du Ruine
aus Tagen, als du noch angeschlossen
am Kreislauf der Schöpfung?
Reich verästelt bist du,
gespalten die Zweige
gierig gewinnend mehr noch und mehr.
Du Baum des Wissens
zeigt sich in dir
notwenige Entwicklung
vom Menschen errungen
oder
plattes Vergnügen
bequem aus dem Sessel beglotzt im Konsum,
eines am andern
zur Schau nur geworden?
Du Baum, des Wissens
ohne Wurzeln,
gespeist wirst du nicht mehr vom Boden,
bist bodenlos, haltlos geworden.
Du Baum
bist du das Wissen der Welt?
Bist du alles, die Fülle?
Kennst du den Acker noch
unter dir im feuchten Morgennebel?
Die langen Schatten deiner Äste im Winter,
wenn tief steht die Sonne?
Kannst du noch Vögel einladen,
wenn sie nisten wollen bei dir?
Baum des Wissens,
wie sind deine Früchte?
Sind sie genießbar,
genmanipuliert – giftig – radioaktiv?
Bist du noch Leben,
oder nur Wissen vom Leben, das einmal war?
Kippst du ins »Aus«, Sperrmüll
geworden,
Entsorgungsproblem?

Baum des Wissens,
eine Chance zum Leben hast du noch immer:
Treibe doch Wurzeln
nach innen zum Boden,
zum Herzen der Welt.
Dann würdest du wieder empfinden
Wärme und Frost,
Jubeln und Klagen,
Nehmen und Geben,
das wäre dann wieder deine Erfahrung
und
Früchte des Wissens
würden Erkenntnis.
Zum Baum der Erkenntnis könntest du werden.
Du rotes Warnlicht,
wärst Zeichen uns wieder,
Zeichen der Hoffnung auf Einsicht des Menschen
von Gott her gegeben:
Zu lassen, was Tod bringt uns und Zerstörung.
Deine Früchte, du Baum,
wären mehr als Wissen,
wären Weisheit vom Ursprung
fürs Leben der Welt.,

Wolfgang Kuhn

"Um der Früchte der Erkenntnis willen lohnt es sich, sich um das Paradies zu bringen" Ernst Haeckel

 

 

"On peut bien perdre le paradis pour récolter les fruits de la connaissance" Ernst Haeckel

Ô arbre, rouge tu es,
éclatant et superbe,
est-ce la vie, est-ce le sang
qui s'étire ainsi
en des milliers de bras ramifiés
tendus vers le dehors,
pour saisir les étoiles ?
Le savoir est-il épanouissement
et nous aide-t-il à vivre
ou bien nous incite-t-il, nous les
humains,
à des actes nuisibles ?
Arbre du savoir,
tu flottes devant moi,
es-tu une ruine témoignant
de ces temps où tu participais encore
du cycle de la création ?
Tu es pourvu de multiples ramures,
tes branches fendues
se font amples, toujours plus amples.
Toi, arbre du savoir,
connais-tu cette croissance nécessaire
gagnée par l'homme au prix de multiples efforts
ou bien n'es-tu que plaisir banal,
simple objet de consommation
qu'on regarde bien calé dans son fauteuil,
livré aux regards de tous ?
Toi, arbre du savoir,
tu es tout déraciné,
le sol ne te nourrit plus,
tu es sans socle, sans appui.
Ô toi arbre,
es-tu le savoir du monde ?
Es-tu le tout, es-tu plénitude ?
Reconnais-tu le champ à tes pieds,
tout ruisselant des brumes matinales ?
Les longs ombrages de tes ramures en hiver
quand le soleil s'est noyé dans les profondeurs ?
Peux-tu encore convier les oiseaux
à nicher en ton sein ?
Arbre du savoir, que sont tes fruits ?
Sont-ils comestibles,
sont-ils manipulés, toxiques, radioactifs ?
Es-tu encore la vie,
ou seulement savoir de la vie, de ce qui fut ?
Te jette-t-on dehors ?
Es-tu un déchet, un problème à évacuer ?

Ô arbre du savoir,
tu as encore une chance de survie.
Pousse tes racines jusqu'au sein de la terre,
jusqu'au coeur du monde.
Alors tu ressentiras à nouveau
les effets du froid, de la chaleur,
les plaintes et les jubilations,
les dons et les concessions,
Ce sera un nouvel essor.
Alors les fruits du savoir
deviendront connaissance.
Tu pourrais devenir l'arbre de connaissance.
D'exhortation rougeoyante,
tu redeviendrais pour nous signe,
un signe d'espoir dans le discernement
de l'homme
à nous donné par Dieu :
admettre ce qui nous apporte,
et la mort, et la destruction.
Tes fruits, ô arbre,
seraient alors plus que simple savoir,
seraient la sagesse originelle
qui nourrit la vie du monde.

Wolfgang Kuhn

Copyright © 2019 Gudrun Müsse Florin. Tous droits réservés.

Creation site internet par Créations Solutions Services sarl - Référencement Toulouse - Mentions Légales - Plan du site